Professeur des écoles depuis bientôt 10 ans en Haute Savoie, j’apporte un témoignage quant à la difficulté d’obtenir un temps partiel dans l’Éducation Nationale.

Deux sortes de demandes sont possibles : le temps partiel de droit et celui sur autorisation. Le premier est réservé aux personnels relevant de conditions précises (il est par exemple accordé à un parent élevant un enfant de moins de 3 ans), le second est quant à lui délivré « sous réserve de nécessité de la continuité et du fonctionnement de service »(1). Cette autorisation fait l’objet d’un examen individuel et n’est acceptée que si « l’adéquation nombre de postes/nombres de personnels permet de couvrir l’ensemble des besoins du département » (1).

Pour ma part, j’ai sollicité un mi-temps annualisé sur autorisation pour la rentrée 2011. Étant données les politiques menées par le gouvernement (suppression de postes…), la quasi totalité des dossiers a été refusée et même, alors que nous nous rendions aux convocations pour défendre notre cas, la secrétaire générale nous recevait en annonçant que l’inspection académique nous écouterait (par obligation), mais qu’aucune de nos demandes ne serait honorée.

Ce phénomène s’est répété les années suivantes jusqu’en 2013 et 2014 où aucun dossier n’a été accepté…

Et les personnels et syndicats craignent que l’obtention des temps partiels sur autorisation ne soit plus compliquée encore dans les prochaines années.

(1) circulaire des temps partiels

Un commentaire

  1. Je suis dans un cas similaire. Pourquoi l’un des premiers employeurs de France (l’éduction nationale) ne peut-elle pas accorder un mi-temps (donc un demi-salaire) à un agent qui en fait la demande ? N’est-ce pas « hors la loi » ??? Je souhaite me reconvertir. Pour cela, je pense faire une formation. Mon employeur ne finance rien : ni un bilan de compétence, ni une formation (ne serait-ce qu’à 10, 20 ou 30 pourcent…) Les actifs français en ont le droit. Les employés de l’éducation nationale ont, eux, le droit de rester dans la fonction publique ou de financer à leurs frais une démarche de reconversion. Merci encore !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *